La niée

Carine Adolfini

Ça commence toujours par le silence

un souffle court, un pli entre les fronts qui n’est pas une rive.

Les mots sont en retard, comme les regrets, comme les étoiles comme les reflets, 

nos mains qui ont respiré l’eau le savent et remuent le mirage de ce qui disparaît.

(Inédit tous droits réservés Carine Adolfini)

Vous serez peut-être intéressé aussi par …

À PARAÎTRE PROCHAINEMENT

À PARAÎTRE PROCHAINEMENT

L’Ochju, origine et sens des pratiques symboliques corses de Carine Adolfini  s’était vendu à plusieurs milliers d’exemplaires, il revient 15 ans après, dans une édition augmentée et remaniée par l’auteure chez Arzilla Éditions.  Il sera disponible début août, vous...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *