Carpe diem ?

Carine Adolfini

 

« Carpe diem, quam minimum credula postero ».

Cette célèbre formule philosophique s’accompagne souvent de quelques malentendus et d’une mauvaise interprétation qui la transforment en invitation effrénée à la jouissance. Lorsque l’incertitude de l’avenir se fait sentir plus douloureusement, comme en ce moment, on nous dit qu’il faut saisir chaque petit plaisir que la vie nous offre, qu’il faut cueillir et savourer les douceurs sucrées de l’instant présent… et pourtant nous payons toujours d’un doute, d’une angoisse même ces petits bonheurs ramassés, pourquoi ? On sait bien en fait que ce qui se cueille fane aussitôt, on ne saisit qu’un bouquet de couleurs éteintes, la mort de l ‘instant, on ne fait qu’échouer à vouloir garder quelque chose et le sucre que l’on croyait goûter ne laisse à la gorge que la saveur amère de la frustration. Oui la vie est brève mais on peut se demander si il est vraiment bon de n’avoir que l’immédiat comme projet ?
En vérité, il n’y a pas de plus grande joie que celle de se sentir digne du bonheur, si le plaisir se ramasse, le vrai bonheur lui, n’est pas un instant taillé, il se cultive et s’enracine au terreau du temps, c’est du temps qu’on sème, le temps qu’on s’aime, il se construit peu à peu dans la durée et donne un sens aux jours qui passent en les parfumant éternellement. Ce bonheur là est unique et vaste, c’est un jardin entrouvert, à la fois libre et clos où mûrit l’amour et qui nous embaume de paix en nous libérant d’un cycle sans fin celui du besoin de consommer des plaisirs temporaires. Certes, il ne faut pas que la préoccupation de l’avenir ou les échecs passés nous empêchent de profiter du présent, mais il ne faut pas non plus que la jouissance du présent vienne épuiser l’avenir. Le bonheur est bien trop fragile pour le cueillir et le limiter au présent, laissons la sève aux heures et au bonheur ses racines qu’il puisse s’accroitre et éclore par ricochets nos lendemains ….  pour que chaque jour compte, qu’en pensez- vous ?

 

Vous serez peut-être intéressé aussi par …

RETOUR EN IMAGES

RETOUR EN IMAGES

Les rencontres de décembre autour de l'OCHJU Médiathèque l'Alb'oru Librairie Papi San Benedetto San Benedetto L'alb'oru

lire plus
RENCONTRE DÉDICACE

RENCONTRE DÉDICACE

À l’invitation de Jean Jacques Colonna d’Istria j’évoquerai à Alata le 10 novembre, les secrets du mauvais oeil et les symboles qui lui sont attachés : Corail, cornes, sel, vierge, miroir, résurrection, hypostase, soleil, source, religion, magie, médecine, verticalité, triangle, envie, serpent, équilibre, accueil, frontière ….
Replaçant le rituel à son origine (plus de 5000 ans selon les premières écritures) j’espère vous démontrer que le mauvais oeil, que l’on a toujours qualifié comme simple superstition populaire, est en fait une croyance dans laquelle se mêlent les prémices de la religion de la philosophie et de la médecine, une croyance structurée autour d’une réflexion collective sur les origines de la vie et de l’univers, un système solidaire de pratiques autour d’une volonté commune de faire liens de gérer l’altérité, de stabiliser la société dans l’équilibre et la paix.
Vous pouvez d’ores et déjà, si vous souhaitez poursuivre la soirée avec nous, réserver votre repas d’après conférence !
Pour information, je propose aussi une séance de dédicaces à la librairie La Marge le même jour .

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *