Acqua di orizonti la traduction de GHJANPA

Carine Adolfini
La poésie serait l’entretoise maintenant le possible et l’impossible à distance minimale

Trà i nodi di e ripe una cria

 d’ inchjostru sculisce

Cum’è a notte nantu à e mane

Quì,

Fughje da l’aspettatu, piove da l’estintu

Da fondu à cima u celu ùn smette micca dI francà e so acque

Induve ci crescenu i chjassi

Vuleriati ligatti à i nuvuli

Perchè i silenzii trà elli toccanu l’anima

Ma e nebbie sò senza esciuta è spariscenu in un anellu

Quandu u levante i stacqua.

Pigliami sottu à a tò ala cum’è u caldu d’acellu

Seraghju u tò spiru tessutu in altrò

Unica saetta di e tò timpeste

À lu filu di le tò ripe 

A luce annudata.

Eaux d’horizons, de Carine Adolfini traduit en Corse par le poète GHJANPA . (A ringraziatti) 

Vous serez peut-être intéressé aussi par …

Dernière parution

Dernière parution

Le poème qui mêle ici les bouts de vie d’un village aux échos des absents, creuse un nouveau chemin semé d’empreintes et invite à une marche à demi-pas sur l’évanescence du temps.
« Que dire quand les souvenirs traversent les pierres, bousculent l’instant ? Que dire de cette lumière pure glissée sous la vieille porte qui recommence le lieu ? »
« C’est juste un peu de lointain tremblé d’élans ratés, un sous bruit de bleuet à peine frôlant voix, presque rien retenu dans son unique chance de surface. »
« Jadis ici sans entretoise »

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *