À portée de main

Carine Adolfini

 

 

 1

En haut, notre seuil
le ciel comme un champ de stèles
le rien de sa chute
le ciel,
fausse couche
angle mort des lumières refusées
criblé de lueurs en retard, vieux
des retours épuisés, pâle
du reflet des levers
sur l’os des rayons.

Pauvre ciel, caveau d’éblouis.

2

Tombe du ciel
car rien ne s’encorde aux nues
tombe, quand le soleil a lâché la proie pour l’ombre
et l’ombre pour l’oubli
va puiser les algues et les ailes aux écailles
ce présent multiplié pour tes mains 

vivant corail à la lumière du jour fini.

3

N’étions nous pas du même hiver ?
du même rire du même bleu du même vert
que les fleurs de fougère au terme du printemps ?

4
Tu pleureras encore ce que tu perds
parce que les pages tournent autant que les sphères
parce qu’il faudra l’écrire, encore, rouge au sel
le dire à la braise de l’écume
où l’étoile des dunes brille contre le temps
il faudra le dire et le signer contre le vent

5

La mer, tu vois est un jour long
les soleils immobiles durent au fond
à voie basse nous entrerons dans l’autre azur 

envers et contre roue

avec la transparence des signes le silence des nuages, 

l’infini des yeux penchés sur nos propres visages

comme le ciel entier se regarde dans une goutte d’eau .

(Inédit 23/06/2021)

À PURTATA DI MANU

1
Insù, u nostru sogliu
u celu cume un campu di stele
u nunda di a so caduta
u celu,
scunciata
angulu mortu di lumi ricusati
arricatu di luce in ritardu, vechju
di ritorni stanchi, pallidu
di u riflessu di l’albe
nantu à l’ossu di raghji.

Poveru celu, tumbinu d’abbaglianati.

2
Casca da u celu
perchè nunda ùn si leia cù i nuli
casca, quandu u sole hà cappiatu a preda per l’ombra
è l’ombra per u scordu
Tirerai alghe è ale in scaglie
stu presente multiplicatu per e tò mane
chì campanu corallu à u lume di u ghjornu finitu.

3
Ùn eramu micca di listessu invernu?
di u listessu risu u listessu turchinu u listessu verde
chì i fiori di filetta à a fine di a primavera?

4
Pianghjerai sempre ciò chè tù perdi
perchè e pagine giranu quant’è e sfere
perchè duverà esse scrittu, torna, rossu di sale
dilla à a rusta di a sciuma
induve a stella di e dune splende contr’à u tempu
ci tocherà à dilla è firmalla contr’à u ventu

5
U mare, vedi hè una longa ghjurnata
i soli fissi duranu in fondu
à via d’acqua entreremu in l’altru azzurru
À riversciu di a rota, cù a trasparenza di i segni.
u silenziu di i nivuli, l’infinità d’ochji chì feghjanu nantu à i nostri visi
cume u celu sanu si fighjula in una goccia d’acqua.

Traduction GHJANPA

 

Vous serez peut-être intéressé aussi par …

Dernière parution

Dernière parution

Le poème qui mêle ici les bouts de vie d’un village aux échos des absents, creuse un nouveau chemin semé d’empreintes et invite à une marche à demi-pas sur l’évanescence du temps.
« Que dire quand les souvenirs traversent les pierres, bousculent l’instant ? Que dire de cette lumière pure glissée sous la vieille porte qui recommence le lieu ? »
« C’est juste un peu de lointain tremblé d’élans ratés, un sous bruit de bleuet à peine frôlant voix, presque rien retenu dans son unique chance de surface. »
« Jadis ici sans entretoise »

lire plus
Acqua di orizonti la traduction de GHJANPA

Acqua di orizonti la traduction de GHJANPA

Trà i nodi di e ripe una cria  d' inchjostru sculisce Cum’è a notte nantu à e mane Quì, Fughje da l’aspettatu, piove da l’estintu Da fondu à cima u celu ùn smette micca dI francà e so acque Induve ci crescenu i chjassi Vuleriati ligatti à i nuvuli Perchè i silenzii...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.